bandeau congres

Exporter en PDF

Les besoins énergétiques des petits mammifères herbivores en hospitalisation

Marion DESMARCHELIER
Faculté de médecine vétérinaire Université de Montréal
Saint-Hyacinthe Canada

I. Besoins nutritionnels des petits mammifères herbivores

Les petits mammifères herbivores les plus fréquents en clinique sont les lapins, les cochons d’Inde et les chinchillas. Leurs besoins nutritionnels au quotidien sont quelque peu différents, mais ils ont en commun des besoins en fibres très élevés.

Les besoins nutritionnels du lapin sont les suivants ;:

  • Fibres : minimum 18%, idéalement 22-25% ou plus
  • Protéines végétales : 12-14% (16% pour les très jeunes en croissance)
  • Gras : 2,5-5%

Leurs besoins caloriques journaliers sont estimés entre 50 et 80 Kcal/kg de poids vif/24h. Selon le stade physiologique de l’animal, on va multiplier ce nombre par le coefficient approprié. En hospitalisation, on considère généralement l’animal au repos donc un coefficient de 1. En cas de maladie causant un catabolisme, on pourra ajuster le coefficient. Pour un lapin femelle de 500 g au repos, les besoins sont donc d’environ 40 Kcal/j. Pour un lapin mâle de 3 kg, les besoins au repos sont de 160 Kcal/j.

Avant de débuter une alimentation assistée sur un petit mammifère herbivore hospitalisé, il est important de s’assurer d’un bon état d’hydratation et de la correction d’une éventuelle hypothermie.

L’hypoglycémie est très rare. Il est préférable de doser la glycémie avant de supplémenter en dextrose car certains petits mammifères en choc sont en fait hyperglycémiques. Les lapins peuvent rapidement se trouver en état de lipidose hépatique en cas d’anorexie.

II. Nourriture commerciale pour petit mammifère hospitalisé

Il existe maintenant des préparations commerciales permettant une nutrition complète des petits herbivores hospitalisés. Ces préparations peuvent facilement être administrées dans un tube nasogastrique (Fine Grind de Owbow) ou à la seringue. Les deux préparations les plus fréquemment utilisées sont le Emeraid Intensive care Herbivore et le Oxbow Critical Care Herbivore (plusieurs goûts, Fine grind pour les tubes nasogastriques). Ces deux préparations sont riches en fibres (21-26% Oxbow et 32% Emeraid).

La préparation Emeraid contient beaucoup plus de gras que le Oxbow (9,5% versus 3%). Les taux de protéines sont comparables (16% Oxbow et 19% Emeraid). Le Oxbow Herbivore est à base de foin de fléole des prés tandis que le Emeraid contient surtout de la cellulose et des protéines de soja hydrolysées.

  • Le Oxbow pour herbivores contient de la vitamine C (pour les cobayes).
  • Le Oxbow Herbivore Care classique se reconstitue avec 1 mesure de poudre pour 2 mesures d’eau.
  • Le Oxbow Herbivore Care Fine Grind se reconstitue avec 1 mesure de poudre pour 3 mesures d’eau.
  • Le Emeraid IC Herbivore se reconstitue avec une part d’eau pour une part de poudre.

On commence souvent les réalimentations avec seulement 25-33% des besoins de maintenance le jour 1, 50-66% le jour 2 et 100% le jour 3.

Un premier exemple avec le Critical Care Fine Grind pour Herbivores de la marque Oxbow :

  • 1 g de poudre contient environ 2,69 Kcal.
  • Reconstitué à 1:3 en rapport poudre ;: eau, on obtient 1,3 Kcal/ml.
  • Pour un lapin de 1 kg, la compagnie recommande environ 27 g de poudre sèche/24h.
  • Les recommandations de la compagnie couvrent donc environ 73 KCal/kg de furet/24h (soit 56 ml), ce qui est au niveau des besoins de maintenance.
  • Le nombre de repas peut être ajusté selon les possibilités de la clinique, mais une fréquence de 4 à 6 repas par jour est recommandée.

Par exemple, pour un lapin de 1 kg, avec 4 repas sur 24h (soit toutes les 6 heures), on donnerait :

  • Jour 1 ;: 4 à 5 ml par repas
  • Jour 2 ;: 8 à 10 ml par repas
  • Jour 3 ;: 14 à 16 ml par repas

Chaque cas est unique et les quantités administrées vont beaucoup varier d’un animal à l’autre. Le meilleur indicateur de l’efficacité de l’alimentation assistée reste l'état général de l’animal et sa prise de poids quotidienne chaque matin.

Le deuxième aliment en poudre pour mammifère herbivore hospitalisé est le Emeraid Intensive Care Herbivore.

  • Mêmes principes qu’avec le Oxbow Herbivore Care
  • Le Emeraid a la même densité en calories : 2,95 Kcal/g, soit 1,32 Kcal/ml.
  • La compagnie recommande de commencer avec 10 ml/kg pour lapin ou un cobaye, puis d’augmenter progressivement à 30 ml/kg/repas, jusqu’à 4 à 6 fois par jour.
  • Cela correspondrait au double des besoins de maintien, donc approprié si besoins métaboliques élevés, mais trop si l’animal est anorexique depuis quelques jours.

Par exemple, pour un cobaye de 500 g :

  • Besoins quotidiens au repos ;: 41 Kcal (= 31 ml de Emeraid)
  • 1er jour : 2,5 ml en 4 repas
  • 2ème jour : 4 à 5 ml en 4 repas
  • 3ème jour : 7 à 10 ml en 4 repas
  • Ajouter de la vitamine C si l’on n’utilise pas le Oxbow Critical Care.

Encore une fois, ces valeurs ne sont qu’indicatives car chaque patient est unique dans sa capacité à prendre de grands volumes à chaque repas, à tolérer les manipulations, à reprendre une alimentation spontanée en parallèle, etc.

III. Recettes faites “maison” pour petits mammifères hospitalisés

En l’absence de préparations commerciales ou en cas de budget limité, on peut utiliser des préparations « maison;» pour nourrir les petits mammifères herbivores hospitalisés et anorexiques. Ces préparations sont moins bien équilibrées et ne devraient idéalement pas être utilisées à long terme.

On peut faire tremper les croquettes habituelles du lapin, cobaye ou chinchilla dans de l’eau, si ces croquettes sont assez riches en fibres. On peut les passer au mixer. On peut ajouter des petits pots pour bébés aux légumes (carottes). On ajuste la consistance selon celle obtenue initialement et selon les goûts de l’animal. On ajoutera de la vitamine C pour les cobayes. Les quantités à administrer dépendent de la composition du mélange. On peut prendre les mêmes volumes que ceux recommandés avec les préparations commerciales, même s’il est probable que les préparations « maison » soient moins riches en calories par gramme que le Oxbow ou le Emeraid.

L’alimentation assistée des petits mammifères herbivores est très importante car ces espèces n’ont habituellement jamais l’estomac vide et une reprise du transit rapide est essentielle à la prévention des entérotoxémies. Que ce soit en postopératoire de chirurgie abdominale, sur un lapin en stase ou sur un chinchilla après une chirurgie dentaire, nous avons très fréquemment à fournir une alimentation assistée à ces petits mammifères. Grâce aux nouvelles formulations commerciales, nous sommes à présent capables de faire passer des liquides très riches en fibres dans de très petits tubes. La reprise spontanée de l’alimentation devra se faire en parallèle d’une poursuite de l’alimentation assistée. En effet, un arrêt trop précoce de l’alimentation assistée entraîne souvent des rechutes de stase digestive.

Pas de conflit d'intérêt déclaré.